Feuille de quinzaine n°514

Du dimanche 19 mai au dimanche 2 juin 2024

D’un seul coeur…

Le mois de Mai est le mois traditionnellement consacré à Marie, Mère de l’Eglise et Notre Mère à Tous. Mois où la nature s’éveille et se met en fête pour notre plus grand plaisir.
Nous sommes  dans le temps Pascal et toujours remplis de la joie de Pâques. Joie de la Résurrection du Seigneur qui nous pousse à nous ouvrir davantage, comme la nature, au renouvellement, au changement, à faire autrement et à nous engager d’une autre manière tant dans notre vie personnelle que communautaire. 
Comme les compagnons d’Emmaüs retournant à Jérusalem comblés de joie d’avoir reconnu Jésus se sont empressés de partager avec les disciples ce qu’ils ont vécu, nous aussi nous sommes invités à partager avec la même joie avec nos sœurs et nos frères au sein de notre communauté paroissiale.
Les frères et les sœurs on ne les choisit pas, on les reçoit. Nous sommes appelés à nous aimer sans nous être choisis. La charité fraternelle rend visible l’amour de Dieu.

Nous pouvons reprendre à notre compte le psaume 133 qui est un condensé de l’amour fraternel qui nous dit :

Voyez ! Qu’il est bon, qu’il est doux                                 
D’habiter en frères tous ensemble !                             
C’est une huile excellente sur la tête,                           
qui descend sur la barbe,                                                              
qui descend sur la barbe d’Aaron,
sur le col de ses tuniques .

C’est la rosée de l’Hermon,
qui descend sur les hauteurs de Sion.
Là, Dieu a voulu la bénédiction,
la vie à jamais.

Le Ps 133 n’a rien perdu de son actualité. La vie fraternelle peut prendre des noms nouveaux et des formes nouvelles, elle ne meurt pas. Le psaume voit l’amour comme une consécration, une immersion dans le divin, il ouvre des horizons illimités. Quand nous sommes tous unis dans l’amour, dans la foi et dans le culte, il semble que le temps s’arrête et que la Sion terrestre cèle le pas à la Jérusalem céleste. Malgré l’étrangeté des comparaisons, le psaume est donc fort utile pour aujourd’hui. Alors que la famille n’existe pratiquement plus, que les sociétés s’individualisent, que l’Église est en crise, il est bon de se rappeler le pouvoir vivifiant et fertilisant de la fraternité humaine surtout lorsqu’elle est vécue en communauté et en Église. (H.Tremplay o.p.)
Ce temps Pascal nous conduit vers la Pentecôte. Soyons comme les disciples  avec Marie, toutes et tous, d’un même cœur, assidu(e)s à la prière dans l’attente de se laisser renouveler par l’Esprit Saint.
Vierge Marie, Mère de l’Eglise, que ce mois marial nous rappelle ta place dans la liturgie, de Noël à la Pentecôte.                

Yvonne Chabot (accueil de Saint Leu)

Feuille de quinzaine n°513

Du dimanche 5 mai au dimanche 19 mai 2024

« À vos marques, prêts, priez »

2024 : Année des Jeux Olympiques et Paralympiques d’été à Paris
Année de la Prière initiée par le pape François en vue du Jubilé
Une invitation à participer aux jeux saints et devenir des athlètes de Dieu

Selon la devise olympique « Plus vite, Plus haut, Plus fort »[1] et la devise des Holygames « L’évangile, c’est Sport ! »

Entraînons nous à muscler notre vie spirituelle en suivant le programme de Saint Paul :
En premier lieu, revêtons notre équipement (Ephésiens 6/10-17), nourrissons-nous de la Parole de Dieu et dopons-nous des fruits du Saint Esprit, pour aller :

  • Plus haut : Altius
    Elançons-nous dans la course en regardant devant, là-haut (Philippiens 3, 12-14), pour courir plus vite et rejoindre au plus près Jésus.
  • Plus vite : Citius
    Apprenons librement la discipline et l’ascèse (1 Corinthiens 9, 24-27), mais cet entrainement du chrétien est paradoxal car il apprend à accepter ses faiblesses pour mieux accueillir toute la force de Dieu.
  • Plus fort : Fortius
    Accueillons toute la puissance de la vie de Dieu et de la résurrection du Christ (2 Corinthiens 4, 7-12), qui nous relève des difficultés dans les épreuves.
    Tous nous sommes déjà vainqueurs pour recevoir la médaille d’or de la sainteté.

    « Le bien se fait, mais ne se dit pas. Certaines médailles s’accrochent à l’âme et non à la veste ». Gino Bartali – Cyclisme
    Toutes et tous sommes appelés à la course ou à la marche, car la marche n’est-elle pas le plus biblique des sports. Personne n’est disqualifié. Les estropiés et les boiteux sont participants. Les premiers seront les derniers et les derniers seront les premiers.
    Cet entraînement sera d’autant plus performant qu’il sera aussi communautaire

    Pour aller « Plus loin, plus haut, plus frères » ! [2]

Christelle Simon,
vice présidente du Conseil Pastoral


[1] Lancée par le père Henri Martin Didon, un proche de Pierre de Coubertin
[2] Thème pastoral de l’année 2024 pour le diocèse de Créte

Parcours de Pentecôte 2024

Sagesse, intelligence, conseil, force, science, piété, crainte de Dieu : les dons de l’Esprit Saint sont parfois connus, mais leur sens profond est souvent méconnu. A l’approche de la fête de la Pentecôte le 19 mai prochain, la paroisse a préparé un parcours digital consacré aux 7 dons de l’Esprit Saint.

La semaine précédant la Pentecôte, à compter du dimanche 12 mai, les personnes inscrites recevront sur leur adresse e-mail une invitation à découvrir le don du jour sur le site dédié.
Pour chaque don :
– Une courte explication du don du jour
– Un extrait d’un enseignement du pape François sur ce don (enseignements donnés à l’occasion de la Pentecôte 2014)
– Une prière de demande pour recevoir ce don
– Une proposition d’action concrète pour vivre ce don dans sa vie

Inscrivez-vous avant le 12 mai à l’adresse suivante : http://dioceseparis.pentecote2024.fr/saintleusaintgilles/

Feuille de quinzaine n°512

Du dimanche 21 avril au dimanche 5 mai 2024

« LE CHRIST- BON PASTEUR »

Chaque quatrième dimanche de Pâques, l’église célèbre le dimanche du Bon Pasteur en se référant à cette parole de Jésus : « Je suis le bon pasteur, le vrai berger. » (Jn 10, 11).
En voici trois points qui nous permettent de comprendre cet engagement de Dieu.

–        D’abord un vrai berger qui prend soin de ses brebis: un Dieu qui est toujours présent au milieu d’eux.

–        Ensuite, un vrai berger qui n’abandonne jamais ses brebis: un Dieu qui offre même sa vie pour eux et qui n’a jamais cessé de les aimer.

–        Enfin, un vrai berger qui les conduit dans un lieu sûr et paisible face aux imprévus du lendemain: un Dieu qui leur donne le vrai bonheur.

 Sachons donc reconnaître la voix du vrai berger car de nos jours les faux bergers cherchent tous les moyens pour nous faire perdre. Mais nous n’avons rien à craindre. Le Christ a déjà donné pouvoir à l’Eglise dont nous faisons partie, de vaincre les tentateurs grâce à sa résurrection.
Cela veut dire que chacun d’entre nous a la capacité de faire face à nos ennemis comme il est écrit : « Tu es avec moi : ton bâton me guide et me rassure. » (Ps 22,4). Il suffit juste d’avoir confiance en lui et de le suivre…Et tout ira bien !
Soutenons-nous les uns les autres dans nos prières pour que ce bon berger puisse toucher nos cœurs.
Et soyons fiers d’être ses brebis car « Le Seigneur est notre berger : nous ne manquerons de rien. » (Ps 22,1)

Fr Odon o.ss.t

Feuille de quinzaine n°511

Du dimanche 7 avril au dimanche 21 avril 2024

Faut il s’inquiéter d’une hausse de 30 % ?

Non,  s’il s’agit du nombre des baptêmes de jeunes adultes en France ! 
Mais la Foi, nous le savons bien, ne se limite pas à une question de statistiques (d’autant plus que ce chiffre s’explique peut-être par la diminution de baptêmes d’enfants en bas âge..).  Etre touché par la Foi, se laisser rejoindre par la Grâce, voilà le véritable enjeu de la joie pascale. Cela se passe souvent dans le secret des cœurs et des âmes, même si nous avons besoin aussi d’une dimension sociale, et donc publique, de la vie religieuse.
La laïcité « à la française » en est d’ailleurs le garant.

« Christ est ressuscité, il est vraiment ressuscité ! » avons-nous chanté dans la nuit pascale. Cette joie lumineuse de la résurrection va nous éclairer dans cette octave pascale, ces huit semaines jusqu’à la grande clarté de la Pentecôte. Cette joie qui habite le cœur des chrétiens, quelques soient les épreuves et les vicissitudes traversées, ne se résume pas à des figurines chocolatées, qui finiront en soldes… 

Mais cette jubilation va grandir sous des formes variées. Charité renouvelée, audace missionnaire, envie d’approfondir sa Foi, prise de conscience des besoins de sa paroisse et de la vie de l’Eglise … les engagements ne manqueront pas !  
N’est-ce pas la mission ( Marc 16,7) que l’ange du Seigneur confie aux témoins de sa résurrection ?     

        A.B.+

          

Feuille de quinzaine n°510

Du dimanche 24 mars au dimanche 7 avril 2024

« Est il naïf de se réjouir en cette période ? »

Le « dimanche de la joie » ( Laetare), pause dans notre Carême, nous y a pourtant invités ! Bien sûr, ce n’est pas l’observation du monde qui a pu nous réjouir ( les motifs de joie profonde et durable y sont rares…) , mais plutôt ce que la liturgie nous a confié. 
«Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils Unique : ainsi tout homme qui croit en Lui ne périra pas, mais obtiendra la vie éternelle » ( Jn 3,6)
Mais qui oserait prétendre qu’il voit suffisamment clair pour percevoir ces lueurs d’espérance ?                 
La parabole du pharisien et du publicain ( Luc 18,9-17) nous a montré récemment que celui qui plait à Dieu n’est pas l’orgueilleux tout rempli de lui-même, mais l’humble, qui se présente tel qu’il est devant le Seigneur et vient implorer son aide.
L’orgueil semble régner en maître dans le monde, et le Carême, dans ses trois dimensions (prière, jeûne, aumône) offre cette opportunité de devenir plus humble.                                                                    
Comment faire ? Tout simplement, en laissant le Seigneur se rapprocher de nous !  Particulièrement dans le sacrement du pardon. 
Les évangiles de ces dimanches de Carême nous entraîneront loin, si loin ! « Quand j’aurais été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes » ( Jn 12,33).
Nous voici ainsi préparés pour entrer avec force et détermination dans les heures de la Passion

A NE MANQUER SOUS AUCUN PRETEXTE !!!

A.B.+

Feuille de quinzaine n°508

Du dimanche dimanche 25 février au dimanche 10 mars 2024

« Le Christ intercède pour nous »

Si L’apôtre Paul déclare avec force : « Le Christ intercède pour nous », c’est qu’il fit l’expérience d’une rencontre fulgurante avec Jésus sur la route de Damas. Il est bon de lire le récit de cette  rencontre avec Jésus Vivant, telle qu’elle nous est racontée au chapitre 22 des Actes des Apôtres : « Je suis Jésus que tu persécutes » (v.6-7). Dans ce chapitre, Paul  fait allusion au martyre d’Etienne auquel il avait assisté. Ce jour-là (Actes 7,56-60), il avait entendu Étienne déclarer : « Voici que je contemple les cieux ouverts et le Fils de l’homme debout à la droite de Dieu (v.56) », et aussi : « Seigneur, ne leur compte pas ce péché (v.60) ».

La prière d’Étienne a porté son fruit, et Paul, dans la 1ère lettre à Timothée, reconnaît : « Moi qui étais auparavant blasphémateur, persécuteur et violent, il m’a été fait miséricorde…oui, elle a surabondé pour moi… (1,13-14) ». Fort de cette expérience, Paul insiste sur la prière d’intercession : « Je recommande avant tout que l’on fasse des demandes, des prières, des supplications, des actions de grâces pour tous les hommes (2,1) »
Des supplications ! Elles rejoignent la prière du Christ pour nous, accompagnée de celle de l’Esprit Saint (Ro.8,26-27) qui super-intercède pour nous en des gémissements ineffables.
Aujourd’hui comme hier, Jésus, Lui le Vivant, intercède pour nous et nous montre le chemin de l’intercession pour nos frères.

C’est en 1981 que nous avons découvert cette réalité si importante : intercéder avec l’Esprit Saint et Jésus, grâce au Père Raymond Halter, marianiste. Cette année-là, Raymond rencontra le Père Pierre Chevaleyre, alors en responsabilité à l’église St Leu St Gilles, et lui proposa de faire de l’accueil spirituel deux après-midis par semaine. Pierre lui ouvrit grand la porte. Raymond avait posé une condition : qu’un groupe d’intercession accompagne son accueil, chaque semaine

C’est ainsi que naquit le groupe d’intercession Notre Dame de toutes grâces, le jeudi après-midi. Ce groupe nous a permis de grandir dans la foi, d’oser des supplications et demander l’Esprit Saint avec tous ses dons, de devenir « mendiants du Seigneur », le Père très saint dans le nom de Jésus.

Sr Anne,o.p. et Sr Hubert Dominique,o.p